Poème à Françoise

Tes yeux sont pareils au mirage heureux

 Du temps lointain où nous étions tous les deux

La main dans la main, les yeux dans les yeux ;

Nos étreintes furent longues, mais douces

A l’ombre des pins, couchés sur la mousse ;

Cette photo, prise à la sauvette,

Serait tout ce qui me resterait de ma fillette

Si je ne gardais tout au fond du cœur

L’empreinte ineffable d’une grande douceur,

L’ineffable tendresse d’un premier amour,

Quand on croit qu’il durera toujours…

 

Françoise

Françoise, ce poème t’est destiné… Tu avais 16 ans, j’en avais 17 ans ½, cette photo fût mon dernier souvenir de toi…

[Total: 1 Moyenne: 4]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.