Mon père, Jean Sobraillet

Mon père,
Un des derniers à travailler avec ses vaches à Lestelle-Bétharram, on le voyait passer sur la route de Lourdes, traverser le village pour rejoindre son domicile et entretenir des parcelles chez des particuliers (au moment des fenaisons).

On voit sur ces photos une faucheuse, une faneuse, et un râteau-fane qui permettait de réaliser des andains (lignes de fourrage ou de foin obtenues par les fourches de la machine qui le repoussent de chaque côtés).

Bien sûr, il n’était pas tout seul pour charger le char, il y avait la famille, les amis.
Au moment où ces photos sont prises, il approchait des 68 ans et il se rendait disponible pour faire des démonstrations comme pour la fête de la moisson à Maspie où les organisateurs sont venus le chercher en camion et pour le bicentenaire de la révolution en 1989 dans son village, où il fit le passe-rue avec son tombereau décoré de papier crépon bleu blanc rouge dans lequel il transportait des enfants.

 Lacrampe Copier

A la sortie du village devant la maison Lacrampe

 

faneuse Copier

Fenaison avec un premier modèle de faneuse

 

passe rue Copier

Le passe-rue pour le bicentenaire de la révolution au village de Lestelle-Betharram

 

vaches Copier

La pause pour les vaches bien dressées avec muselière afin de ne pas brouter, mantes (siérrès en béarnais) sur le corps pour les protéger des mouches ou taons et aussi
de la transpiration vers le soir. On aperçoit aussi l’attelage du râteau-fane qui en positionnant une manette de deux façons différentes fanait ou endainait (rangées en ligne droite) le foin.

[Total: 1 Moyenne: 4]


Un commentaire Ajoutez le votre

  1. vignau dit :

    Très beau témoignage. Cela fait plaisir de revoir mon grand père. Merci pour ces très beaux souvenirs de mon père, bien ancrés dans ma mémoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.