Les allemands, l’âne et le béret

Mon père qui a été maire d’Ainhoa de 1929 à 1944 m’avait raconté cette histoire qui se déroule pendant l’occupation allemande.

Le dimanche, tout le village devait assister au lever du drapeau allemand (qui avait lieu tous les jours). Un dimanche, pendant cette cérémonie, on vit arriver un type sur son âne (il habitait sur les hauteurs du village), et, chose inhabituelle, il avait attaché son chien à la queue de l’âne ! A la vue de ce spectacle tous les gamins éclatèrent de rire, suivis bientôt par les adultes (sauf les allemands). Autant vous dire que la solennité de la cérémonie en prit un coup et que l’occupant en fut très vexé !

En tant que premier magistrat de la commune mon père fut convoqué à la Kommandantur. Il était responsable du comportement de ses concitoyens, et devait, à ce titre, être puni pour l’outrage au drapeau allemand. Il fut donc condamné à assister tous les jours pendant un mois au lever des couleurs, et donc à saluer tous les jours le drapeau allemand.

Chacun sait qu’on ne salue un drapeau que la tête couverte. Mon père assista bien aux levers des couleurs, mais ne put saluer, car pendant un mois il oublia de porter son béret !

 

Bernard Saint-Jean
Ancien maire d’Ainhoa

 

 

[Total: 1 Moyenne: 4]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.