Le temps des cerises

En 1950 nous étions au lycée de Nay. Au moment des cerises il ne fallait pas oublier de les ramasser chez les autres.

Aussi à partir du mois de mai nous avons décidé d’aller les ramasser où elles se trouvaient… Une partie des élèves restaient à l’école pour pouvoir dire les programmes à celles qui allaient prendre l’air car en rentrant à la maison il fallait avec beaucoup de  précision donner le compte rendu aux parents qui naturellement ne se doutaient de rien…

De temps en temps Maître Cap pello tout frais moulu de la faculté montait sur une table et nous disait «  Anne ma sœur Anne ne vois-tu rien venir ??? mais rien à l’horizon … Ignorantus, ignoranta, ignorantum… cette musique a duré plus d’un mois jusqu’à la distribution  des prix où j’ai eu le premier prix de récitation et je suis passée en cinquième. Je m’appelle Cunégonde et si vous me retrouvez je vous donnerai la suite.

 

 

[Total: 1 Moyenne: 4]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.