Aqueras Mountagnos – Canta tradicionau

« Se canto » (ou Se chanta, Se canta, Aqueros mountagnos) est une chanson populaire en occitan originaire des Pyrénées. Cette chanson d’amour est reprise d’un bout à l’autre de l’Occitanie, avec des variations dialectales et même des variations dans les paroles. On peut l’interpréter soit dans son sens littéral et traditionnel (l’espoir que les amants se retrouvent), soit dans un sens plus récent, un chant de ralliement occitan.

Bien que son véritable auteur nous soit inconnu, il est attribué à Gaston Phébus (1331 – 1391), comte de Foix et vicomte de Béarn. Selon la légende, sa belle aurait été forcée de le quitter pour rejoindre la Navarre. Phébus aurait donc écrit cette chanson, dans laquelle il souhaite voir les Pyrénées s’affaisser afin de laisser libre cours à ses amours. Une autre version dit qu’elle aurait rejoint la Navarre, lassée de ses diverses infidélités. Une autre version affirme qu’après avoir eu un héritier, il se serait débarrassé d’elle en la mettant au couvent ; à la suite de la mort accidentelle de l’héritier, sa belle refusant de lui revenir, il aurait écrit cette chanson.

Sources : Wikipédia

 

 « Aqueras Montanhas » chanté par les élèves de Sainte Elisabeth d’Igon et par les résidentes de l’EHPAD Jeanne Elisabeth d’Igon

Paroles en béarnais

Aqueras montanhas
Qui tan hautas son,
M’empachan de véder
Mas amors on son.

Refrain :
Se canti, jo que canti
Canti pas per jo,
Canti per ma miga
Qui ei auprès de jo.

Aqueras montanhas
Be s’abaisharan
E mas amoretas
Que pareisheran.

Se canti, jo que canti 
Canti pas per jo 
Canti per ma miga
Qui ei auprès de jo

 Devath ma finesta,
I a un auseron,
Tota la nueit canta
Canta sa cançon

Se sabi las véder
On las rencontrar,
Passari l’aigueta
Shens paur de’m negar.

Paroles en français

Ces montagnes
Qui sont si hautes,
M’empêchent de voir
Où sont mes amours.

Refrain :
Si je chante, moi je chante
Je ne chante pas pour moi,
Je chante pour mon amie
Qui est si loin de moi.

Ces montagnes
S’abaisseront
Et mes amourettes
Paraîtront.

Sous ma fenêtre,
Il y a un petit oiseau,
Toute la nuit il chante
Il chante sa chanson.

Si je savais les voir,
Où les rencontrer,
Je passerais l’eau
Sans peur de me noyer.

[Total: 1 Moyenne: 3]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.