Virginie avait 18 ans

le

En 1938 elle avait 18 ans. Pierre avait aussi 18 ans. Ce vendredi-là, jour de marché, comme le faisait habituellement ses parents, Pierre se rendit à bicyclette à Oloron. Mais le deux roues capricieux lui posa des problèmes qui l’obligèrent à se rendre chez un dépanneur vélo. Ce dernier examinant avec beaucoup de gravité la situation lui annonça : «  vous l’aurez dans 3 heures, pas avant ».

Que faire ? Pierre se résigna et s’apprêtait à sortir lorsqu’elle entra… avec son vélo… en panne bien sûr. Même examen, même verdict du dépanneur : « pas avant 3 heures ».

Par le plus grand des hasards, nos deux jeunes gens privés de leur véhicule et complètement désoeuvrés décidèrent de faire connaissance en dégustant un café. Mais l’histoire ne s’arrêta pas là. Virginie était si jolie et gentille et Pierre si charmant !! Ils se retrouvèrent donc  chaque vendredi après-midi au même marché.

Un jour arriva la fête d’un village voisin de celui de Virginie. Virginie amena Pierre chez ses parents afin qu’ils l’autorisent à aller à la fête, accompagnée de Pierre.

Permission accordée. Nos deux jeunes gens se rendirent à la fête ensemble mais la pluie tomba, tomba… et nos deux jeunes gens se trempèrent mais qu’importe ils étaient heureux.

Le vendredi suivant Pierre attendit Virginie comme d’habitude mais elle ne fut pas au rendez-vous. A sa place son frère vint pour dire à Pierre que Virginie était très malade. Elle avait une double congestion. Pierre ne revit plus jamais Virginie car elle fut emportée par sa maladie. Pierre ne l’oublia jamais et il resta seul dans la vie.

C’est l’histoire vraie et touchante que vient de me raconter Pierre sur son lit d’hôpital, avec beaucoup de lucidité, de précision dans les souvenirs, de sérénité…. A bientôt 90 ans.

[Total: 1 Moyenne: 1]

Thèmes associés au témoignage:



Témoignages similaires:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *