La vie associative

le

La vie associative au sein des Salines

Au début du XXe siècle, la ferme d’Ibusty, propriété d’un Bayonnais M. Arrospide, avait pour vocation première la culture du maïs. Suite au décès du fermier, M. Hontebeyrie, en 1920, cette ferme est rachetée par la Société des Produits Chimiques qui la restaure et y aménage 10 appartements destinés aux ouvriers de l’usine et à leur famille. Dans le cadre de sa politique sociale, la direction de l’usine décida d’implanter sur la zone un complexe sportif au profit de ses personnels. Ce complexe comprenait un fronton permettant la pratique de la pelote, un terrain de rugby entouré d’une piste d’athlétisme, ainsi qu’une aire aménagée pour la pratique des jeux traditionnels (boules et quilles).

Cet ensemble sportif est inauguré en 1934. Les employés de la Société des Produits Chimiques créent une section rugby qui prend le nom de Soude Adour Club (S.A.C.) et un club de pelote (les Aigles Noirs). Toutes les dépenses (équipement, transport, assurances, frais de fonctionnements) sont prises en charge par l’entreprise ; les jours de matches, l’entrée au stade est gratuite. L’année suivante, un nouveau fronton est aménagé pour permettre la pratique du rebot. Inauguré le 14 septembre 1935, ce fronton constituera jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale un des plus beaux terrains du Pays Basque.

Tous les ans la direction de la Société organise, au profit de ses employés et de leur famille, une journée de fête sur le site avec des rencontres sportives de haut niveau. Des barriques de vin de Guiche sont amenées sur des gabarres et mises en perce sur les lieux. Les inaugurations de 1934 et de 1935 eurent lieu un samedi, jour de congé des ouvriers. Les ouvriers de garde ce jour-là touchent double paye.

L’année 1936 est marquée par les conflits sociaux qui vont opposer, sur tout le territoire français, patronat et syndicats ouvriers et qui vont se traduire par le succès électoral du Front Populaire. La Société des Produits Chimiques est également agitée par les mouvements sociaux. En réaction le directeur dissout les sections sportives et interdit l’accès au complexe sportif, allant jusqu’à faire cadenasser le portail. Cette année-là, la fête de l’usine est annulée. Elle aura lieu l’année suivante sous la dénomination de fête des ouvriers avant de devenir la fête du Quartier du Port.

Ibusty, haut-lieu de la pelote

Lors de sa première inauguration, le samedi 15 septembre 1934 (en présence de M. D’Izarny, directeur général de Soudadour, de M. Ybarnegaray, président de la FFPB, M. Celhay, maire de Mouguerre, de l’abbé Doyenart, curé de Lahonce et vice-président de la FFPB), le fronton ne permettait que la pratique de la pelote à mains nues et du Joko Garbi.

Sur le fronton, au programme :
– une partie de pelote à mains nues entre amateurs ;
– une rencontre de professionnels : Léonis et Salinas opposés à Sallaberry et Titi ;
– une rencontre de Joko Garbi opposant les frères Hiribarne d’Ustaritz à la paire Etcheverry-Ducassou.

Sur le terrain de rugby, l’Aviron Bayonnais affronte l’équipe de Soudadour.

En 1935, le nouveau fronton permet la pratique du « blaid » au grand chistera et à la pala mais également du rebot. L’Équipe d’Ustaritz est opposée à l’équipe de Luzéan-Sare tandis que sur le terrain de rugby, l’équipe de l’entreprise rencontre l’Aviron Bayonnais (victoire 49 à 6 des Bayonnais).

En 1937, probablement à cause des divergences entre les syndicats et la direction de Soudadour, la direction de l’entreprise décide de ne pas organiser la fête annuelle à Ibusty.

En 1938, la fête du quartier du port se déroule au fronton du restaurant Olhatz.

De 1940 à 1946, le fronton est utilisé par la section Ikhasleak de Bayonne qui ne disposera d’un fronton à Bayonne qu’en août 1948.

Le fronton de rebot d’Ibusty

D’une longueur de 100 m, il possède deux murs de 10 m de haut (12 au centre) et de 18 m de large. À l’origine le mur principal est à deux faces ; très rapidement la deuxième face disparaît et des vestiaires sont construits. La tribune latérale, longue de 80 m accueille 4 rangs de spectateurs et possède en son centre une tribune officielle en forme de maisonnette.

Le fronton est équipé d’un marqueur ultra-moderne pour le rebot ; placé sur une plate-forme à 1,50 m du sol, permet la manipulation des points et des arrayas des volants. L’aménagement du sol a fait l’objet de soins particuliers ; après avoir remué des centaines de mètres cubes de terre, creusé le sol de 30 cm, établi un hérisson de moellons recouvert de remblai et revêtu d’une composition spéciale connue sous le nom de « revêtement Chardin », les constructeurs ont obtenu une irrigation parfaite. Le bien-être des spectateurs a été aussi pris en compte : il existe un couloir de 3 m entre les limites latérales du terrain de jeu et le premier rang de spectateurs qui sont protégés sur les premiers 22,5 m par un fiet métallique de 4,30 m de hauteur.

       Billet d’entrée à Ibusty

 

 

Personnalités présentes à l’inauguration de 1935   –

Le rugby, élément fédérateur

L’histoire de l’USM (Union Sportive de Mouguerre) fait l’objet d’un ouvrage très détaillé écrit par Chango Hiriberry en 2000 que tout supporter de l’USM connaît. Dans le cadre de notre étude, cet ouvrage nous apprend que, après la dissolution du S.A.C. le rugby renaît à Mouguerre en 1962 grâce à la passion de quelques joueurs et à l’engagement du maire de Mouguerre, M. Celhay, auprès du directeur de la Société de Produits Chimiques pour obtenir le prêt du stade. La remise en état du terrain et l’installation de vieilles tribunes en provenance de Biarritz, fit l’objet d’une mobilisation générale des joueurs et sympathisants et créa d’entrée un esprit de cohésion très fort au sein de ce club. Rapidement, le club se structure et présente plusieurs équipes et une école de rugby. La création d’une équipe féminine fut même tentée en 1968 avec une première prestation à Ibusty le 11 mai 1968.

L’effectif de l’USM compte, dès les premières années, des joueurs issus des trois quartiers et le club deviendra très rapidement le porte-drapeau d’un Mouguerre unique, respecté sur tous les terrains régionaux.
Les tribunes, emportées par la tempête en 1982, sont remplacées l’année suivante par des tribunes neuves.

1ère équipe rugby SAC 1934

Extrait du Guide Patrimonial, édité par l’association Mouguerre Patrimoine et Culture

[Total: 1 Moyenne: 4]

Thèmes associés au témoignage:



Témoignages similaires:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *